La maison au bout du monde de Ake Edwardson

La suite des aventures, après deux ans de convalescence en Espagne, du commissaire Winter. L’histoire est complexe et glauque à souhait. Les tourments familiaux de Winter nous importent tout autant que l’enquête elle-même. Même si la fin est un peu trop artificielle (ou invraisemblable) à mon goût, c’est un bon polar suédois. Il fait froid à l’extérieur et bien souvent aussi à l’intérieur…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :