The Thirst de Jo Nesbo

11ème aventure de l’inspecteur Harry Hole. Comment dire? Certes c’est toujours plein de rebondissements, un vrai page-turner. On ne s’ennuie pas. Mais j’avoue que ces serial killers suprêmement intelligents manipulés par d’autres du même acabit, additionnant les meurtres les plus barbares possibles, cela est à la fois moralement pénible et totalement invraisemblable. Les pervers sont en général des ‘pauvres types’… Mais il faut des adversaires à la mesure de l’intelligence et de l’intuition du héros… Le soin apporté à la profondeur psychologique des policiers, leurs problèmes conjugaux, la description acérée de la crise de sens de la société norvégienne contribue à la force de l’ensemble. Il y a aussi un beau bouquet final plutôt original lors d’une soutenance de thèse (qui malheureusement est suivi d’une deuxième bouquet qui fait flop). Bref, le savoir-faire est toujours là mais la recette s’use…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :