De l’autre côté de l’espoir

Un film de Aki Kaurismäki. J’avais résisté jusque là aux sirènes de cet réalisateur finlandais tant loué par beaucoup de critiques. je comprends mieux pourquoi aujourd’hui. Certes il y a une originalité affichée et indéniable, un curieux mélange d’absurde et d’ultra-réalisme, un mixte de documentaire social et de conte improbable. J’ai parfois pensé au Lars von Trier de Dancer in the Dark. Le propos est tissé de bons sentiments et d’humanité, les acteurs existent bien. La question des migrants (syrien et irakien) cherchant à refaire leur vie dans ces pays nordiques tristes et vieux est bien décrite. Mais… Mais le rythme, le côté théâtral et kitsch assumé, les longueurs, font qu’ultimement je ne suis pas convaincu… L’originalité revendiquée et les bons sentiments ne suffisent pas pour faire un bon film. Que les amateurs de ce genre-là ne m’en veuillent pas trop.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: