FilmsSérieThriller

Fargo

Une série (FX-Netflix) de Noah Hawley, avec Billy Bob Thornton, Allison Tolman, Colin Hanks et Martin Freeman, en dix épisodes d’environ 45′ (2014). Dans le fin fond du Minnesota, en hiver, un agent d’assurance minable croise la route d’un tueur lunatique: une série improbable d’événements et de crimes s’enclenche. Deux jeunes flics idéalistes et maladroits vont chercher à comprendre. Inspirée du film du même nom des frères Coen (coproducteurs), la série reproduit bien l’humour très noir (attention âmes sensibles toutefois en certaines scènes) des deux frères et se caractérise par son originalité déjantée. Il y a un côté woody-allénien sombre qui est bien servi par une belle écriture et un super casting. Machiavéliquement jubilatoire (2014). Trois autres saisons ont été faites (2015, 2017, 2020) mais avec des personnages différents.

Saison 2, avec Kirsten Dunst, Patrick Wilson, Jesse Plemons, Jean Smart, and Ted Danson (2015).

Elle se situe en 1979, bien avant la première, avec comme seul point d’accroche le personnage de L. Silverson, le père de l’héroine policière de la première saison, Molly. Un couple ordinaire, un boucher et sa femme coiffeuse vont croiser par hasard la route d’une famille de mafieux allemands, elle-même en lutte avec la famille mafieuse italo-américaine de Kansas City. Si les épisodes noirs et les assassinats ne manquent pas, le fond de la série est positif. Pourquoi? Parce que malgré le ton volontairement cynique, et l’insistance sur le rôle du hasard dans nos vies (accidents de la route, cancer, etc.), reste qu’il y a l’amour conjugal (magnifique couple de Lou et de sa femme) et qu’il est toujours possible de trouver du sens dans le don de soi. le fait qu’il y ait des personnages si droits et attachants fait que la série n’a pas du tout un effet dépressif mais établit plutôt dans le désir de donner du sens à sa vie et « d’aimer avec tendresse ».

[à noter que le narrateur est un narrateur omniscient de mode biblique. C’est ainsi que les deux mots que l’Indien dit au téléphone à la fin ne peuvent être connus, quand on y réfléchit, que de Dieu]

Saison 3, avec Ewan McGregor, Mary Elizabeth Winstead, Carrie Coon, David Thewlis (2017).

Bien que les acteurs soient excellents (le méchant anglais est assez remarquable), le scénario original et que rien ne laisse à désirer techniquement, j’ai été moins heureux de cette saison: la dimension cynique est un peu trop appuyée, la dimension semi-comique plus absente et la fin narrativement moins satisfaisante. Certes, le personnage de Gloria est moralement en phase avec les deux femmes des deux premières saisons mais je suis moins convaincu…

Laisser un commentaire