Into the Forest de Jean Hegland

[Dans la forêt, 2017] Dans son premier roman (1997), l’écrivaine américaine nous emmène dans les forêts de Californie du Nord. Nous faisons connaissance avec une famille atypique, une mère ancienne danseuse, un père professeur à l’esprit libre et deux filles, d’un an d’écart, qui sont éduquées à la maison et vivent proches de la nature. Et puis survient la ‘fin’: peu à peu l’électricité est coupée, l’essence disparaît, les magasins ne sont plus approvisionnés et les deux jeunes femmes vont apprendre à vivre de la forêt. La relation entre les deux sœurs et ce que signifie devoir changer complètement sa façon de voir la vie, de faire carrière (entrer à Harvard, devenir danseuse) à tout simplement survivre. C’est un roman post-ap sobre et fort, d’esprit plutôt areligieux (la famille vit sans aucune référence religieuse à part Noël mais vu de manière totalement profane) et bien mené: il démarre doucement puis monte en intensité. (A noter qu’il a été porté à l’écran en 2016).

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: