Les quatre filles du Docteur Marsh

Un film de Greta Gerwig avec Saoirse Ronan, Timothée Chalamet, Emma Watson, Eliza Scanlen, Florence Pugh, Meryl Streep. Tiré d’un très célèbre roman américain – que je ne connais pas – ce film nous raconte l’histoire des quatre filles d’un pasteur peu d’années après la guerre de sécession. L’une d’entre elles, Joséphine, dite Jo, veut à tout prix devenir écrivain et déplore la condition féminine qui fait que seul le mariage est ce qui permet de réussir sa vie. Le film démarre lentement et suppose que le spectateur moyen connaît le livre, ce qui est un léger handicap. Saoirse Ronan est épatante et porte le film par sa fougue mais la réalisation est vraiment trop conventionnelle, ce qui surprend de la part de Greta, la plus douée des cinéastes du cinéma indépendant US. Curieusement j’ai trouvé que Laurie était un personnage majeur car il est l’unique homme de poids et Timothée Chalamet lui donne un charme désuet et léger qui nous le rend attachant malgré son indolence. L’esprit évangélique de la famille, notamment de la mère, est très réel et les vertus chrétiennes vécues en actes (l’une des sœurs est martyr de la charité): malheureusement cette dimension n’est jamais abordée frontalement et la vie rituelle et sacramentelle qui la porte quasiment jamais montrée, pour des raisons évidentes de contexte américain (et/ou occidental). Efficace, bien joué mais rien de rare…

2 commentaires sur “Les quatre filles du Docteur Marsh

  • 1 mars 2020 at 23 h 58 min
    Permalink

    Merci. En fait dans le fameux livre de départ, la vie rituelle et sacramentelle n’est pas évoquée non plus, la pensée religieuse à peine. C’est le « Voyage du Pèlerin » qui sert de fil conducteur à la vie de la famille, un ouvrage très connu, mais qui bizarrement est la seule référence religieuse, jamais reliée à aucune vie ni spirituelle ni même communautaire. C’est un pasteur sans paroisse, une morale religieuse peu spirituelle. Et visiblement ça n’a rien à voir avec le contexte du film, donc, c’est très fidèle à l’oeuvre adaptée.

    Répondre
    • 5 mars 2020 at 15 h 46 min
      Permalink

      Merci de cette explication !

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :