The First Day de Phil Harrison

Nous sommes dans East Belfast; un jeune pasteur indépendant, marié et père de trois enfants, fait la rencontre d’une jeune étudiante poète et athée. Quelque chose se passe. Cela aurait pu être vite oublié. Il n’en sera rien. Superbement écrit, psychologiquement très fort et crédible, ce premier roman m’a impressionné. L’auteur ose parler d’un croyant, différent certes tant il est marqué par la très spéciale culture des protestants d’origine écossaise de Belfast, mais qui n’est pas ridicule (il est bien des choses mais pas ça). Original et dense, je me suis surpris à annoter un grand nombre de paragraphes qui me touchaient ou me frappaient au fil de la lecture. Il touche, toujours de façon aiguë et riche, la question des bouleversements de la maternité, de la nature de la poésie, de la prière, de la fraternité et des chemins curieux que peut prendre (ou pas) le pardon… Vraiment un premier coup de maître.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: