DrameFilms

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part

Un film de Arnaud Viard avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe, Camille Rowe, Elsa Zylberstein. Tiré d’un roman d’A.  Gavalda, ce film nous décrit une famille ordinaire, formée d’une mère, depuis longtemps seule, et de quatre frères et soeurs, avec leurs relations complexes. Le frère aîné a assumé une figure paternelle et le film dit aussi magnifiquement, comme en creux, ce qu’est la paternité juste, c’est-à-dire une capacité à encourager, à voler de ses propres ailes en se donnant silencieusement. La phrase de La Mouette – « maintenant, je sais, je comprends, Kostia, que, dans notre partie – c’est la même chose, qu’on joue sur scène ou qu’on écrive –, ce qui compte, ce n’est pas la gloire, pas l’éclat, pas ce dont je rêvais, mais la longue patience. Sache porter ta croix, aie la foi. J’ai la foi, et j’ai moins mal, et, quand je pense à ma vocation, je n’ai plus peur de la vie » – est bien mise en valeur… Bien interprété, sans prétentions excessives, humainement touchant, ce film parlera à qui aime réfléchir sur les complexes histoires de famille et ce qu’elle nous disent de l’homme et… de Dieu…

Laisser un commentaire