Love is blind de William Boyd

A la fin du 19ème siècle, un jeune écossais fils de pasteur Brodie Moncur devient accordeur de piano et va découvrir le vaste monde (en commençant par Paris, Nice, Biarritz!). Une rencontre avec une fascinante jeune femme russe va sceller sa vie l’entraînant dans une série d’improbables aventures. Bien écrit, avec des personnages crédibles et attachants, ce dernier roman m’a confirmé que je goûtais particulièrement le style de Boyd, non point par proximité idéologique (nous sommes aux antipodes) mais par la pure qualité littéraire de son écriture, la vraisemblance de sa reconstitution historique, la finesse de sa psychologie. Et puis, le goût ne s’explique pas! Bref, j’ai beaucoup aimé…

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: