The Janissary Tree de Jason Goodwin

[Le complot des janissaires] Dix ans après la suppression du légendaire corps des janissaires, dans l’Istanbul de 1836, Yashim Togalu, un eunuque dégourdi, enquête pour le compte du Seraskier, le chef de l’armée ottomane, sur la mort de jeunes officiers de la Nouvelle Garde. D’un point de vue documentaire, le livre est vraiment intéressant car nous découvrons la vie quotidienne dans cette ville cosmopolite à une époque peu connue (marchés, hammams, ambassades, etc.). Cependant, pour ce qui est du polar, il y a beaucoup de problèmes: des invraisemblances énormes, le choix d’avoir deux coupables sans lien entre eux (rupture majeure du contrat de lecture d’un roman policier) et une intrigue mal tenue. En outre l’écriture est paresseuse en ce sens qu’elle est soit complaisante (scènes de cuisine ou d’amour totalement gratuites) soit excessivement rapide là où elle ne le devrait pas. Dommage.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :